× Chère communauté,
Suite à l’incendie au sein des bâtiments de notre hébergeur OVH, à Strasbourg mercredi 10 mars 2021, nous ne pouvions plus accéder au site ! L’accès a été rétabli par notre équipe mais nous n’avons pas accès aux photos pour le moment. Dans l’attente de réponses de la part d’OVH quant au devenir des photos mises en ligne avant le 10 mars 2021, vous pouvez de nouveau réutiliser le site sans risque et ajouter de nouvelles photos !
La Team MyAtlas
Le Mont Blanc, Chamonix , le lac Blanc,… un petit coin de France que nous ne pouvions pas cacher bien longtemps à Gabriel qui a fait son baptême du feu en randonnée.
Du 16 au 18 août 2018
3 jours
Partager ce carnet de voyage
J1

Le Mont Blanc, Chamonix , le lac Blanc,… un petit coin de France que nous ne pouvions pas cacher bien longtemps à Gabriel qui a fait son baptême du feu en randonnée – bivouac dans une des zones les plus merveilleuses de notre hexagone. Mais cela aura été la première pour Laetitia également qui n’avait encore jamais bivouaqué en altitude.Pour cela j’avais planifié un trajet qui me semblait facile du col des Montets à notre bivouac au Lac Blanc puis jusqu’au téléphérique de Planpraz le le demain. En théorie facile oui, mais avec un petit sur le dos pour Laeti et un sac de 20kg pour moi cela ne s’est pas fait sans quelques difficultés.Nous sommes donc arrivés en milieu d’après-midi au pied du col des Montets juste après Chamonix. Peut-être un poil trop tard pour ce qui nous attend car je connais un peu le coin avec un TMB dans les pattes et la montée jusqu’au lac Blanc ne sera pas facile. Mais on ne se démotive pas dès le départ et on entame à bonne allure les premiers lacets. Il fait chaud, on est en plein mois d’août et le ciel est bien dégagé. Nous avançons à notre rythme en faisant pas mal de pauses pour donner le goûté à Gabriel, profiter de la vue et de la faune locale.

Ici c’est le coin des bouquetins, peu craintifs qui nous auront accompagné tout le long de la randonnée faisant oublier à Laetitia la montée presque interminable jusqu’aux lacs Chéserys. La vue à ce niveau est déjà imprenable mais on voit également un peu plus haut le refuge du lac Blanc, représentant la dernière difficulté de la journée. Nous avons d’ailleurs hésité à bivouaquer aux lacs Chéserys, la vue est belle, avec de bonnes zones de camps et un accès à l’eau. Mais la motivation est là et on ne s’écarte pas de l’objectif principal de passer la nuit à 2350 m au pied du lac Blanc.

On s’arme donc de nos bâtons, et c’est parti. Quelques échelles facilement accessibles puis quelques marches… et nous y sommes! La zone est déjà pas mal occupée par tous les randonneurs qui comme nous veulent savourer un instant en famille, entre amis ou en solo devant le massif du Mont-blanc. Profiter d’une telle vue dans un tel milieu est un privilège qu’il est difficile de retranscrire totalement dans une photo. Il faut le voir en vrai pour le comprendre.

Nous cherchons ensuite notre coin de repos bien mérité et je monte le camp pendant que Laetitia s’occupe de Gabriel. On ne tarde pas trop à couvrir le petit car même en plein été, à cette altitude le froid s’installe vite un fois la nuit tombée. Dégustation de lyophilisés puis c’est parti pour une nuit à observer les étoiles. Le spectacle est magnifique jusqu’au lever de soleil sur le sommet de l’Europe de l’Ouest. Les dégradés de rouge, d’orange, de jaune font du paysage une merveille. Il y a pas mieux pour finir de se réveiller et prendre son petit-déjeuner en pleine nature.

J2

Ensuite nous avons replié notre tente, refait nos sacs en prenant précaution de ne laisser aucun déchet derrière nous et nous étions repartis. Avant de partir direction Planpraz nous étions quand même obligé d’admirer ce lac Blanc pour lequel nous avions fait tous ces efforts. La première fois que j’étais venu ici, le temps n’était pas au rendez-vous et bien que la zone soit splendide ce n’était pas parfait. Mais pour le coup, cette fois-ci il n’y a rien à dire: un super soleil, pas un nuage, de quoi ramener des cartes postales dans nos mémoires et appareils photos. Ces dernières parlent d’ailleurs d’elles mêmes.

Puis nous avons repris notre chemin qui ne s’est pas fait sans difficultés. La première portion est assez facile alternant faux-plats et descentes mais la suite était plutôt costaud surtout l’ascension jusqu’au lac cornu. C’est le genre de montée qui donne une très bonne visibilité sur le sommet et où l’on se dit: « non, on ne va pas monter là ? ». Mais si, plus on monte et plus le chemin et les personne déjà au sommet nous montrent clairement la direction. Pas d’échappatoire et on avance, lentement mais surement. La dernière partie est quand même en mode via ferrata et ne rassure pas forcément avec un petit de quelques mois dans le dos. Nous faisons notre déjeuner en face du lac et au pied du Brévent. A savoir que même en plein mois d’août nous avons rencontré des neivés dans ce coin-là.

La fin est un longue descente jusqu’au téléphérique de Planpraz où notre hôte nous attendez pour la suite du périple.Encore une fois les Alpes nous en mettent plein les yeux. La randonnée était de difficulté facile / moyenne et accessible à priori à tout le monde. Attention quand même à la dernière partie pour le lac Cornu, nous avons vu des personnes en difficultés avec des jeunes enfants un peu trop jeune pour la dernière partie « technique » et trop vieux pour être dans le dos comme notre Gabriel (qui lui n’aura pas bougé de la rando :-) ).

Où?

Chamonix

Quand?

Du 16 au 18 Août 2018

Comment?

- En voiture pour arriver au col des Montets

- A pied

- Téléphérique de Planpraz à Chamonix (12,3€)

Hébergement?

Quoi de mieux que sa tente MSR Freelite 3

Incontournables?

Un levé de soleil sur le lac Blanc, le lac Cornu est aussi magnifique