Nous avons longuement hésité avant de partir pour le Bromo car nous avions déjà fait le Rinjani et l’Ijen. Cependant ce volcan nous permettait de faire une halte dans le long trajet pour Jogja.
15 mai 2016
1 jour
Partager ce carnet de voyage

La Keliki Painting School (KPS) où nous logions à Ubud propose de nombreux tours à la journée et plus ou moins lointain pour des sommes dérisoires (700 000 Rps). Surtout que ces tours sont pour une voiture 6 places et sont donc partagés avec le nombres de participants. Pour ce tour à l’Est de l’île nous étions seulement tous les deux donc pas de partage de frais mais cela reste quand même peu cher pour la prestation proposée. Ceci a eu l’avantage pour nous de ne rien avoir à programmer et de seulement profiter d’être conduit de visite en visite.

Départ à 9h de la KPS où notre guide est venu nous chercher pour nous amener au village de Penglipuran. Comme toutes les visites, il faut commencer par payer 20 000 Rps avant d’entrer dans le village. Ce village qui est peuplé par des Bali Aga, Balinais des origines, d’avant l’exil massif des Indonésiens de Java vers Bali au 14è siècle, fuyant la progression de l’Islam. Les Bali Aga refusèrent l’influence des castes et les nouvelles règles indo-javanaises, en s’isolant du reste des Balinais afin de conserver la propriété de leurs terres et la souveraineté de leurs lois coutumières datant de la création du village estimée au 8è siècle. L’organisation des maisons de ce village reproduit la structure d’habitat originel: la cuisine au centre, en face le pavillon de cérémonie, le temple familial et le pavillon avec les chambres. On nous laisse rentrer dans l’intimité des maisons et familles afin de voir le fonctionnement des habitants mais on se rend compte également que les habitants font leurs business avec les touristes (ventre d’objet en bambou, repas, …). A côté du village il y a une forêt de bambou qui s’étale sur 76 hectares. Cette grande forêt possède des dizaines d’espèces de bambou différentes ayant des utilités en fonction de leurs propriétés (charpentes, toitures, échafaudages, cordages …) et procure le bambou utilisé pour le bâtiment et la fabrication de corbeilles: spécialité du village.

Non loin du village notre guide nous emmène visiter une coopérative de thé/café: Teraz Agro. L’approche est simple, un guide vous accueille et vous fait visiter un petit jardinet où poussent cacaotiers, gingembre, hibiscus, citron, … On peut voir également des Luwak (en cage), sorte de petites civettes utilisés, souvent à outrance malheureusement, pour fabriquer l’un des cafés les plus chers au monde. La fabrication de ce café est d’ailleurs un peu extravagante: cet animal nocturne mange les graines de café, elles sont digérées par l’animal puis extraites de ses excréments. Les graines sont ensuite lavées puis grillées comme n’importe quel autre café et pourtant sa saveur est unique au monde. S’en suit une dégustation de la plupart de la production de la coopérative: café, thé, chocolat(sauf le café luwak car très cher)… pour ensuite nous emmener dans leur boutique où vous pourrez acheter ce que vous avez précédemment gouté et même plus (Arak, chocolat, …). J’ai trouvé que les prix pratiqués étaient un peu excessifs (si on compare à certaines choses que l’on achète ici), généralement un peu plus de 100 000 Rps pour 250g de thé ou café, mais la visite, le guide et la dégustation étaient si sympa que l’on a dépensé pour plus de 600 000 Rps.

Il est temps de faire la pause déjeuner et notre guide nous emmène au Maha Giri, restaurant panoramique offrant par temps clair une magnifique vue plongeante sur le volcan Agung mais comme nous sommes chanceux nous n’auront eu qu’une belle vue sur la rizière . Le buffet à 100 000 Rps est d’assez bonne qualité et les boissons sont en sus.

L’après midi nous partons pour le plus grand temple de Bali: le temple mère de Besakih. Cette visite aurait pu être magnifique mais elle fut tachée par les incessants passages en caisse: à l’entrée du parc (15 000 Rps/pers), puis on nous a harcelé pour prendre un guide (150 000 Rps) puis pour acheter des offrandes (20 000 Rps) puis pour poser les offrandes (10 000 Rps)… On a eu la forte impression d’être des vaches à lait! Certes à chaque fois ce n’est pas cher mais cumulé et surtout parce que l’on a l’étiquette touriste sur le frond cela fait beaucoup. Si on fait abstraction de tout cela, c’est le plus beau temple que l’on ait vu à Bali. Pour pouvoir le visiter il faut acheter ou louer un sarong (paréo),que nous avions décidé d’acheter comme investissement pour nos futurs visites et surtout, après négociation, cela nous a coûté que 60 000 Rps pour deux. Mais même avec cela certaines enceintes du temple ne sont accessible qu’aux pratiquants hindoue. Concernant la visite, l’ensemble est constitué de 3 temples destinés à la trinité Siwa-Wisnu-Brahma et de 19 autres temples possédant chacun son objet et son calendrier propre et fréquenté uniquement par certaines communautés concernées comme les clans Pandé (forgerons), Pasek (enseignants) et les castes. Je pense que c’est dans ce temple que nous nous sommes rendus compte de l’importance de la religion chez les balinais notamment grâce à notre guide qui nous en aura appris les rudiments…

Nous sommes ensuite partis pour le palais flottant de Klungkung. Pour visiter le site, cela coutera 20 000 Rps par personne. Cette ville fut pendant longtemps la capitale politique et culturel de Bali et attirait les artistes les plus fameux mais où ne subsiste aujourd’hui que le pavillon de justice et le palais flottant. Les autres bâtiments furent bombardés un à un par les Hollandais en 1908, pour démontrer leur supériorité militaire alors que le Roi de Klungkung appelait sa cour au suicide collectif (Puputan). Sous le toit du palais, des peintures sont disposées sur plusieurs niveaux racontant des légendes et histoires balinaises. Le musée, à côté du palais, expose des objets découverts lors de fouilles, le véritable siège des juges, une maquette du site avant sa destruction…

Pour finir la journée nous partons ensuite au marché nocturne de Gianyar. La ville de Gianyar, chef-lieu de la région, est la capitale de l’ancien et prospère royaume de Gianyar dont le palais est toujours occupé. Le grand marché de nuit permet la dégustation d’un grand nombre de spécialités indonésiennes à un prix local, le tout dans une atmosphère populaire. Nous goûtons donc à quelques spécialités avant de reprendre la route en direction de la KPS.

Où?

Besakih et les environs (Bali) du voyage trip en Asie

Quand?

15 Mai 2016

Comment?

En voiture avec guide

Hébergement?

Chez Denik à la KPS (150 000 Rps la nuit avec wifi et eau chaude, http://dolit-keliki-painting-school.wifeo.com)

Restaurants testés / Spécialités ?

Maha Giri propose un buffet à volonté pour 100 000 Rps

Incontournables?

Temple Besakih, dégustation de thé et le village Penglipuran